Partager :

Une approche globale

de la problématique des déchets plastiques

Une approche scientifique, technologique et humaine

Les plages sélectionnées sont étudiées selon un protocole scientifique standardisé basé sur la méthode de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA). Les macro-déchets sont récoltés, catégorisés et pesés manuellement par les membres de l’expédition. Les meso-déchets et les micro-déchets sont également récoltés par les chercheurs à l’aide de tamis puis analysés par un laboratoire universitaire expert en pollution plastique.  

Cette mission scientifique est également l’occasion de tester de nouveaux moyens d'exploration technologiques et de mettre au point des systèmes efficaces dans l’acquisition de données servant au repérage de  zones de pollution plastique. Ainsi, le drone « eBee » de la société SenseFLY, est utilisé pour réaliser une cartographie haute définition des plages et des zones hauturières étudiées. Le résultat de l’analyse des images récoltées sera comparé avec les données issues de la collecte manuelle (calibration de la méthode) afin d’établir un premier bilan sur ses fonctionnalités pour créer, à terme, un outil performant dans la détection des macro-déchets.Il est possible de consulter les données récoltées par le drone directement ici

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La R4WO participe également activement à un nouveau mouvement de science participative, le programme Sail4Science (S4S), et plus précisément le projet Plankton Planet. Ce projet permettra enfin d’apporter la somme de connaissance nécessaire pour comprendre l'équilibre et la dynamique des océans vivants. De par ses objectifs et son parcours hors des grandes voies maritimes, notre équipe s’est tout naturellement impliquée dans ce projet complémentaire à notre programme scientifique de départ. Les échantillons collectés en haute mer lors de la R4WO permettront de faire un premier état des lieux de la biodiversité du plancton à proximité et au sein des grands gyres océaniques qui concentrent les particules de plastique. L'équipage se réjouit de faire partie des pionniers qui testent, en cette année 2015, ce tout nouvel outil miniature d'échantillonnage du plancton depuis un voilier (le kit XplorGEN) qui permettra à terme une mesure citoyenne et pérenne de la qualité des eaux des océans planétaires. 

En parallèle, les équipes vont à la rencontre des populations locales (marins, pêcheurs, autorités, ONGs, etc.) afin de réunir des informations sur leur manière actuelle d’appréhender la problématique des déchets jonchant leur littoral. Le soutien de différentes ONGs locales lors des différentes escales permettra en effet de recueillir les témoignages des différents acteurs régionaux quant à leurs actions face à cette pollution. 

Les équipes de la R4WO contribueront également au projet commun de la Maison écocitoyenne de Bordeaux et de LexisPlanet, My words for the World, dans l'optique d'élaborer un lexique pour communiquer sur le développement durable. Les équipes de la R4WO apporteront leur contribution en rassemblant les mots ressortant le plus fréquemment dans l’ensemble des escales. L'objectif est de présenter ce lexique lors d’une exposition au COP21, à Paris. 
 

Soutien de prestigieux organismes de recherche

Les équipes de la mission bénéficie du soutien de prestigieuses universités et de centres de recherches importants possédant un domaine d’expertise dans l’analyse des déchets plastiques. La programmation, l’envoi du drone et l’analyse des données récoltées par l’objet aérien au moyen de techniques d’analyse d’image modernes sont notamment assuré par les chercheurs de la division de la conservation et de l'écologie marine de l’Université de Duke (Etats-Unis) et par l’Université d’Etat de l’Oregon.